top of page

Auteure LGBT - Talie Michel se lance !!!! - Voici son BLOG

Dernière mise à jour : 17 juil. 2021

Mercredi 23 Juin 2021

Talie se lance ? Comment ça ? Dans quoi ? Je suis pas au courant !!!!

Aie, ça risque de faire mal !!!

Bonjour à toutes et à tous - voici mon premier post de mon super Blog, alors soyez indulgent(e) !


Pourquoi ce blog ?

Vous avez dit accro aux livres ?

Je suis une accro aux romans, plus précisément à la littérature lesbienne et il y a un an, je me suis lancée dans l’aventure de l’écriture de romances lesbiennes. Avant cela dans celle de la traduction.


Depuis toute petite, les livres, les récits, les romans m’accompagnent, aussi bien pour me mettre du baume au cœur, que pour me faire rêver ou me faire comprendre certaines choses.

Depuis aussi longtemps que je me souvienne, les livres ont fait partie de ma vie.

Ils sont mes compagnons de solitude, mais aussi mes guides. Certains ont été le déclencheur de changements dans ma vie, de changements importants. D’autres m’ont permis de passer des phases difficiles, d’autres encore de me propulser sur la voie que j’ai choisie. Je n'en ai jamais assez !

Ma Pile à Lire est toujours de taille constante. Je ne fais pas dans la demi-mesure. Toujours quelques livres d'avance au cas où.


Un BLOG sur des romans, récits, romances lesbiens, l'auto édition, les traductions

Alors, tandis que je naviguais à vue – mais pas tant que cela – dans le monde du livre, je me suis rendue compte qu’il y a très peu de BLOGS sur la littérature lesbienne et comme je lis de nombreux livres et surtout en Anglais, j’ai eu envie de partager avec vous mes trouvailles que ce soit en Anglais ou en Français. Au fil des années, j'ai découvert de petites pépites d'auteures anglaises, américaines connues ou moins connues. Alors, autant partager surtout si comme moi, vous avez envie de passer un bon moment.


La traduction, pourquoi, comment ?


La littérature anglaise et américaine ?

Je suis une dévoreuse de livres. Je peux en lire 3 ou 4 par semaine, parfois plus. Il y a quelques années, j’ai eu envie de découvrir la littérature lesbienne, bon d'accord, plutôt quelques décennies. Il y avait à l'époque beaucoup moins de romans lesbiens disponibles, du moins en français, pas dans la catégorie que j’affectionne particulièrement, c'est à dire, la romance. Rapidement, je me suis trouvée à cours de romans. Comme je travaillais dans une entreprise internationale et que je communiquais en Anglais toute la journée, je me suis dit que j’arriverai bien à lire un roman en Anglais.


Amaz.., mon meilleur ami, m’a permis de découvrir un vaste monde de littérature lesbienne américaine et anglaise. Je me suis lancée et depuis, je lis 3 ou 4 livres principalement en anglais par semaine.

Le passage à la liseuse a été un grand pas pour moi. D'abord réticente, j'ai rapidement pris plaisir à lire sur un tel support et surtout à pouvoir lire autant que je voulais sans être limitée par la place pour stocker tous les livres papiers.

À tel point, que j’en ai presque oublié les auteures françaises. Que je recommence à découvrir aujourd'hui.


Comment en suis-je arrivée à traduire des livres ?

Au détour d’une relation, ma compagne qui ne parlait pas anglais a voulu découvrir la littérature anglaise, j’ai donc commencé à lui traduire un livre pour essayer.

J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à cet exercice. Moi, la dévoreuse de livre, j’étais obligée de ralentir pour traduire et se faisant, j’ai redécouvert et savouré encore plus le livre que j’avais choisi. J’ai pris plaisir à la subtilité du langage et du choix des mots.


Et puis de fil en aiguille, j’en ai traduit une 40aine, ceux que j’aimais particulièrement.

Un jour, j’ai tapé à la porte de deux maisons d’édition et c’est ainsi que 5 de mes traductions ont été publiées.


L’écriture

Comment passer de la traduction à l’écriture ?

Je me suis toujours dit que j’écrirai un jour un roman d'amour. Mais, une petite voix me disait, non, t'es pas cap. Tu n'y arriveras pas. En règle générale, je n'ai pas beaucoup d'imagination. Ecrire plus de 200 pages c'était pour moi comme gravir l'Everest. De plus, je ne suis pas vraiment une littéraire ... Plutôt une scientifique. Mais, une autre petite voix me chuchotait gentiment à l'oreille, régulièrement : "un jour, tu écriras".


Naissance de Mission Beach

L’année 2020 a été particulièrement difficile pour moi, entre les confinements et mes changements de vie. L’idée d’écrire a ressurgi grâce à ma meilleure amie qui m’a posé la question à la sortie du premier confinement : Pourquoi tu n’écris pas ?


Bonne question, pourquoi ? Ma première réponse a été : "Non, j’ai pas envie ?" Et puis le lendemain, en faisant du tri sur un PC, je suis tombée sur une ébauche de livre qui datait de 2008. J'ai relu quelques passages que j'avais écrits à l'époque. J'ai ri, souri. Mais toujours pas envie !

Et puis dans la journée, une scène m'ait revenue en mémoire. Une scène qui s'était jouée dans un rêve il y a quelques années. Un matin, je m’étais réveillée avec cette scène très claire dans la tête. Comme par magie, elle est apparue devant mes yeux très clairement. Ce matin-là, je m'étais dit : Ton premier livre commencera comme ça !

De « Non, j’ai pas envie », je suis passée à « Pourquoi pas, qu’est-ce que tu risques ? » en quelques secondes.


Deux jours plus tard, j’ai commencé à écrire le premier chapitre de "Mission Beach" et curieusement, cela a été facile, j’ai adoré l’exercice. J’avais hâte de continuer mais je ne me suis pas pressée. Moi qui ai tendance à tout faire très vite, en 3 semaines à raison d’un ou deux chapitres par jour, sans me presser, j’avais écrit "Mission Beach".


Je l’ai fait lire à quelques amies et j’ai eu envie de le publier. Avec du temps plein les mains, je me suis dit : Lance-toi ! Au pire, personne n'aura envie de le lire !


L’Auto-edition :

L'un de mes projets : Monter une maison d'édition !

Lors de ma reconversion, j’avais dans l’idée de créer ma propre maison d’édition, entre autres choses, mais je n’étais pas prête à la mettre en place quand mon livre a été terminé et corrigé. Alors j’ai étudié la question de l’Auto-Edition et j’ai découvert un nouveau monde. Passionnant. Moi qui adore apprendre et faire les choses par moi-même. Cela m’a aussi ouvert les yeux sur l’Edition, les avantages, les inconvénients et surtout le constat édifiant de la rémunération des auteurs.

  • Un auteur ne touche pas plus de 10% des droits d’auteur sur un livre.

  • Pour trouver une maison d’édition qui accepte de vous publier c’est un parcours du combattant. Il faut souvent attendre des mois pour avoir une réponse.

  • Certains éditeurs vous feront peut-être même réécrire certaines parties de votre livre.

  • Au vu, du nombre de livres qui paraissent tous les jours, même avec une maison d’édition, votre livre sera noyé dans la masse

  • Un livre aujourd’hui en France ne se vend pas à plus de 1500 exemplaires

  • 3 livres sur 4 sont aujourd’hui achetés sur Ama... pour ne pas les nommer.

  • Le format numérique prend de plus en plus de place. Certains livres ne se trouvent même qu'au format numérique.

  • Les deux principaux distributeurs de livres électroniques ont déployé des plateformes qui permettent aux auteurs de s’auto-éditer moyennant 30% des droits d’auteurs, donc l’auteur touchent 70% des droits d’auteurs.

  • Le pire dans tout cela : les maisons d'édition sont pointés du doigt, mais ce sont elles qui prennent le plus de risques et elles ne touchent que 15% à 20% et encore.

  • Comme pour la grande distribution, ceux qui tirent le plus de profit, au détriment des auteurs, ce sont les distributeurs.


L'auto édition, cela ne doit pas être si compliqué !

Au vu de ce constat édifiant, je me suis dit, étant donné que tu débutes, et que l’édition t’intéresse, pourquoi ne pas t’auto-éditer et on verra plus tard …. Je me suis donc lancée.

Dans un prochain article, je vous parlerai de ce parcours d’auto-édition.


Me voici donc, au début d'une nouvelle aventure : auteure, l'auto-édition et surtout d'une aventure humaine. Tous les messages que je reçois de personnes qui ont aimé mes romans et qui me disent merci me font chaud au cœur.


Si cet article vous a intéressé, merci de mettre un commentaire, de le partager et n’oubliez pas de vous abonner si vous voulez suivre mes publications.


À bientôt.

Talie


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page