top of page

Talie Michel – Ma grande aventure dans l’édition !

Dernière mise à jour : 17 sept. 2021

16 Septembre 2021




Je suis une dévoreuse de livres depuis mon plus jeune âge. En témoignent les centaines de livres que je garde précieusement dans la maison de mon enfance. Des livres de contes aux livres de bibliothèque rose, verte, rouge et or. Je ne vous parle pas des autres centaines qui sont chez moi ou sur ma liseuse.

Une passion que j’ai toujours eu envie de partager.


Dans cet article, je vous partage mon expérience dans l'édition ou plutôt l'auto-édition.


La traduction


Quel rapport entre la traduction et l’édition, me direz-vous ? J'ai traduit mon premier roman lesbien pour ma partenaire, il y a maintenant plus de 10 ans. Je me suis prise au jeu et au fil des années, j’en ai traduit plus d'une cinquantaine.










Après avoir frappé à la porte des deux maisons d’édition que je connaissais, j’ai fini par décrocher un contrat de traduction puis deux jusqu'à quatre pour des livres que j'avais déjà traduit.


Mais je restais sur ma faim : Et les autres, tous ceux que j’avais traduit ? Je trouvais dommage de ne pas les publier.

J’ai fait deux constats :

  1. Les maisons d’édition de romans lesbiens ne se comptent même pas sur les doigts d’une main.

  2. Celles qui publient des romans traduits n’en publient pas énormément. Et les traductrices sont généralement très peu rémunérées.




Quand j'ai pris la décision de changer radicalement de vie, le projet de création de maison d’édition s’est imposé à moi comme une évidence. Mais voilà, par où commencer ?


La vie étant faite de surprises, j'ai d'abord écrit un roman avant de me pencher sérieusement sur la question de la maison d'édition.


Mon premier roman, comment le faire publier ?


Quand j'ai terminé mon roman et qu'il a été prêt à la publication, je me suis retrouvée face à un dilemme. Ma maison d'édition n'était pas crée, j'hésitai toujours sur son format. Mais j'avais très envie de voir mon livre publier.

Là aussi, mes illusions sur le monde littéraire ont été pulvérisées. Tout d’abord, un auteur touche un maximum de 10% des ventes de ses livres. Une maison d’édition entre 15 et 20%, tout le reste, revient aux intermédiaires, comme dans la grande distribution.


Sauf, sauf, en auto-édition !

J’ai découvert ce nouveau monde avec Amazon, ma plateforme préférée. Alors, j’ai commencé à me documenter. Le nombre de formation disponibles sur la toile, de pseudo-maison d’édition en ligne, d'entreprises qui proposent leurs services aux auteurs indépendants, de BLOG où chacun y va de son avis est impressionnant. Donc, après avoir écrit mon livre, j’ai cherché, j’ai fait le tri, j’ai testé, j’ai demandé des devis, j’ai fouillé …




Pour en arriver aux conclusions suivantes :

  • 3 livres sur 4 sont achetés sur Amazon en France.

  • Les formats électroniques ont le vent en poupe.

  • Amazon, Kobo, Google et Apple fournissent tous des plateformes d’auto-publication qui permettent de toucher 70% des droits d’auteur de ses livres contre les pauvres 10% d’une maison d’édition.

  • Même si un auteur réussit à se faire publier par une maison d’édition, il doit souvent faire lui-même la promotion de son livre.

Bref, je me suis dit, vu que je n’ai pas envie d’attendre 1 an les hypothétiques lettres de refus de maisons d’édition, autant essayer de m’auto-publier. Je n’avais pas la prétention de croire que j’allais vendre mon premier roman à des milliers d’exemplaires…


Le plus dur ? Par où commencer ?


Après des heures passées à fouiller la toile, à lire des blogs, à créer des comptes sur différents site de librairie en ligne, à demander des devis pour les différentes étapes, une nouvelle prise de conscience.


Quand on est jeune auteur, que l’on vient de terminer son premier roman, on ne sait même pas si notre livre va plaire. Si l’on veut trouver de l’aide, le minimum c’est 500 €.


Ca fait cher, pour un livre dont on n'est pas sûr qu'il plaise. Comme je ne suis pas Rothschild, je me suis dit que je n’étais pas plus bête qu’un autre et que si des auteurs arrivaient à s’auto-publier, pourquoi pas moi ? Et pourquoi pas d’autres aussi.



Si cet article peut en aider certains, alors tant mieux.


Mon fichier d’auto-publication


Comme je suis quelqu’un de très organisé, avant même de me lancer dans l’auto-édition, j’avais créé un fichier qui résumait les grandes étapes de l’auto-publication. Il ne me restait plus qu’à me lancer les détails. L'avantage dans l'auto-édition, c'est que l'on a que la pression que l'on se met. Personne ne va vous mettre la pression pour faire ceci ou cela. C'est à vous de gérer, même si c'est de A à Z.


Avant de faire quoi que ce soit, sachez, qu’en tant qu’auteur indépendant, vous ne pouvez compter que sur vous et vos lecteurs pour vous faire connaitre alors le nerf de la guerre, c’est la VISIBILITE.


La plupart des auteurs n’aiment pas faire la promotion de leur livre, malheureusement, si vous ne faites pas la promotion, vous n’êtes pas visible et donc, les lecteurs potentiels ne verront pas votre livre et donc ne l’achèteront pas.


Le secret : Dites-vous que vous devez rendre votre livre visible plutôt que de le vendre, c’est plus facile. Vous n’aurez pas à forcer la main de qui que ce soit.


En revanche, avant la mise en ligne il est important de définir votre stratégie de promotion et donc de visibilité. Comment allez-vous faire pour rendre votre livre visible ?



Je ne prétends pas avoir la solution à la promotion parfaite d'un livre. J'ai moi-même dû tâtonner, tester, essayer pour augmenter les ventes de mes livres et c'est encore le cas. Cela demande du temps. Une solution peut marcher pour vous et pas pour le voisin et inversement.


Les grandes lignes


En ce qui concerne la publication elle-même, voici les grandes lignes que vous retrouverez en détail dans mon fichier que voici :

Auto-Edition-Etapes-TalieMichel
.pdf
Télécharger PDF • 162KB

  1. Prérequis : créer des comptes où il faut – voir fichier

  2. Demander des ISBN – très en avance – 1 mois d’attente – un ISBN différent par format

  3. Déposer son manuscrit dès que possible pour la paternité de l’œuvre (Copyrightdepot.com, Enveloppe Soleau, Notaire)

  4. Préparer le quart de couverture ou résumé de votre livre

  5. Préparer la note de l’auteure

  6. Préparer la couverture – chercher le modèle sur Amazon - La couverture est la carte de visite de votre livre, si elle ne plaît pas, vous aurez peu de chances de vendre.

  7. Définir le prix du format électronique et du format papier – voir les livres concurrents

  8. Définir la stratégie de vente (pré-commande, exclusivité Amazon ou pas, préparer votre communication)

  9. Préparer les métadonnées dont les catégories (max 3) de votre livre pour un bon référencement, à choisir avec soin.

  10. Faire la mise en page – espace insécables et autres spécificités format papier et électronique (attention, les mêmes règles ne s’appliquent pas au format papier).

  11. Amazon numérique (KindleCreate outil très pratique)

  12. Amazon papier (bien utiliser le modèle Amazon)

  13. Générer un ePub : Meilleur façon de faire – voir mon fichier

  14. Kobo électronique : un peu plus compliqué qu’Amazon.

  15. Dépôt légal à la BNF, à ne faire que pour le format papier (Peut se faire après la mise en ligne (pendant le mois qui suit))

  16. Suivi des ventes et petite danse !!!!

J'espère que ce fichier vous servira comme il m'a servi. Si c'est le cas, un petit mot pour me le dire me ferait grand plaisir.


Attention aux différents délais


A prendre en compte dans le processus de finalisation et de publication :



  • La version de votre eBook sera figée 72h avant la mise en ligne sur Amazon.

  • On ne connait pas exactement le temps pour la mise en ligne. C'est entre 0 et 72h, donc difficile de faire des annonces.

  • La réception d’une épreuve papier sur Amazon – délai 7 jours

  • La réception d’exemplaires auteur sur Amazon – délai 3 semaines pour livraison

  • Publication format papier entre 24h à 72h.


Mon retour d’expérience


  • Vous avez le TEMPS ! N'oubliez pas, vous êtes le ou la seule à vous mettre la pression.

  • Prenez le temps de faire plusieurs relectures !

  • Ne relisez pas indéfiniment, il va bien falloir figer une version et décider quand vous avez la version finale.

  • Ne négligez pas les supports de lecture de votre lectorat (papier/électronique)

  • Ne pas se priver du format électronique : Mon premier livre s’est vendu à plus de 85% en format électronique.

  • Bien définir le prix de votre livre : vous n’êtes pas connu, donc mieux vaut vendre de nombreux livres à un prix abordable que très peu à un prix moyen ?

  • Préparer la promotion avec soin, mieux vaut passer du temps que rater le lancement.

  • Utiliser son réseau d’amis au maximum pour les avis. Nombreux sont ceux qui rechignent à déposer un avis mais à regarder les avis avant de faire un achat. Sans avis, pas de visibilité. La moyenne des évaluations pour mes livres est de 10%, c’est-à-dire 1 personne sur 10 fera une évaluation et à peu près un quart mettra un commentaire.

  • Vous ne faites pas de la pub, vous rendez votre livre visible.

  • La promotion, la publication, le suivi des ventes, tout cela peut être très chronophage.


Réalités à ne pas oublier :

  • 240 livres sont publiés chaque jour en France - et oui !

  • Un livre ne se vend pas tout seul - non, non !

  • Amazon est la plus grosse plateforme de vente de livres

  • Pour vendre des livres il faut un bon livre !

  • Pour que les lecteurs achètent votre livre, il faut qu'ils le voient !

  • Communication = visibilité.



Dans un prochain article, en fonction de vos commentaires, je détaillerai peut-être les pièges à éviter pour la mise en page.


N’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d’aide.


À très bientôt.


Talie

Komentarze


bottom of page